Lundi 3 août

Après un peu de rédaction sur le blog pour ma part, les filles se lèvent. Amelie prépare le petit déjeuner pendant que je regarde pourquoi l'éolienne ne charge plus depuis hier après midi quand le propriétaire du Brazzapi vient nous rendre visite. Il semble étonné du volume de notre bateau et convient qu'il y a du boulot, mais ca vaut le coup. 

Après le petit déjeuner, la recherche de panne sur l'éolienne continue. Aprés 20 min de recherche, tout semble OK, mais ça ne charge pas, je verrais ca plus tard.

La drisse de GV est abîmée, pour éviter qu'elle ne casse, il faut la retourner.
Sur un bateau classique, c'est simple. Seulement Samba Lele est un catamaran performant et la GV est sont moteur principale. Les efforts pour régler cette voile sont énormes. Pour diminuer les efforts de 1/3 de la drisse, elle est mouflée. Le mouflage est l'équivalent d'un petit palan. Pour le mouflage, la drisse est fixée tout en haut du mat. Je dois donc monter là haut à 13m50. Je prépare ma montée dans le mât. Une fois prêt je demande à notre voisin de ponton un coup de main. On a sympathisé ensemble, hier, il accepte de me hisser jusqu'en haut à l'aide d'un winch. Amelie pourrait manquer de force en cours de route, je suis un peu plus lourd qu'une voile, je préfère prendre les devants. Au moment de la montée, il y a un léger crachin. La montée se fait sans soucis pour ma part, mais mon hisseur doit se faire relayer.
En cours de hissage, je profite de mon passage pour vérifier la réparation dans le mât de cet hiver. Rien de visible, tout va bien. Arrivé tout en haut, je vérifie la fixation de l'antenne vhf sur laquelle j'avais des doutes, puis effectue les opérations nécessaires à l'inversion du sens de la drisse. Le bas est arrivé en haut, tout est bon.
Redescendu sur le pont, je suis trempé, mais content. Il était indispensable de le faire pour garder la sérénité pour le reste de la croisière. Après m'être changé, je tente une nouvelle vérification de l'éolienne, mais le vent est trop faible, elle ne tourne pas.

Je pars à la douche par temps sec, mais pendant le trajet un nuage gris se déverse d'une bonne partie de son eau sur moi. Le prérincage est fait. Une vraie douche chaude, ça fait du bien.

Après le repas, nous faisons quelques jeux de société en famille, avant de partir faire des courses.

Sur la route, sont placées quelques géocaches, ça devrait motiver les filles.
Tout le mong du aprcours se trouvent quelques 'machines à muscles'. La première est essayée par tout le monde sans exeption. C'est pour faire les abdominaux.
Dès le début de la ballade, une coccinelle vient se poser sur Inès. La coccinelle semble ne plus savoir voler. Elle se promène en marchant sur Inès. Cette dernière est sous le charme et l'observe une bonne partie de la ballade.
Lise est plus intéressée par la recherche de géocache. La première est encore une fois introuvable. La deuxième est très difficile à trouver selon le l'application, elle présente un niveau de difficulté 4/5. Il y a un geocacheur expérimenté qui la cherche depuis un moment. Trop compliqué pour nous nous continuons notre chemin.
Au niveau de la troisième géocache, beaucoup trop de moldus, c'est encore un echec.

Un goûter pour faire oublier ces échecs à répétition et la coccinelle envolée s'impose. Nous prenons des viennoiseries en plus du pain à la boulangerie.

Pendant qu'Amélie fait des courses à l'épicerie, je pars faire le tour de l'église avec les filles à la recherche d une géocache. Elle semble assez difficile à trouver, mais nous ne sommes plus à un échec près.
Après quelques minutes, Lise vient me voire pour me dire qu'elle a trouvé quelques choses, mais ça ne doit pas être ça. Je vais voire : GAGNÉ. C'est trouvé, enfin. Un boîte d'homéopathie scotchée de noir camouflée dans une fissure de mur. Ça fait du bien dans trouver une de temps en temps.

Comme à chaque église sur notre parcours, Inès nous demande de la visiter.
Une guide nous propose de faire une visite guidée. Je propose aux filles d'attendre leur mère, elles acquiéssent. Lise va chercher Amélie. La guide est intéressante, et cette église sans grand intérêt de prime abord, la devient. Lors de la route du retour nous recherchons de nouveau et trouvons la première géocache de la journée. On progresse en géocaching.

Arrivé au bateau, je vérifie l'éolienne, elle charge, sans avoir rien fait.
Bizarre.
Une hypothèse, il n y avait pas assez de vent lors de mes essais et elle ne tournait pas assez vite pour charger.

Nous terminons notre journée avec quelques jeux de société puis deux épisodes des cités d'or. La mer est calme il n y a plus de vent.

Mise à jour du site le

1 novembre 2017

Nouvel album photo et nouvelle video à propos des Ecréhou.

 

Fou de bassan rouge

×