Vendredi 7 Août

Après une bonne nuit de sommeil, rien de tel que de commencer la journée par du pain frais, croissants et pains au chocolat.

En prévision de notre départ de l'après midi, il est nécessaire de refaire le plein de carburant pendant que nous sommes dans un port. D'après le guide nautique, il y a une station service dans l'avant port à 3 km du port. Je sors le bidon de 20 litres, le vélo. Le temps est menaçant le risque de pluie est assez élevé même si la météo n'en annonce pas. Je préfère dans ces conditions enfiler un short à mon pantalon. Il sèche plus vite et colle moins aux jambes en cas de pluie.

Les filles restent à bord. Amelie fait sa lessive à la main, décidement, c'est naturel dans cette famille. Lise et Ines jouent ensemble dans leur coque.

C'est un vrai bonheur pour des parents que de voir leurs enfants s entendre aussi bien. Pourvu que ça dure.

A peine quelques coups de pédales sont donnés quand une pluie fine me rafraîchi. Je remercie Dame nature pour cette gentille intention mais je n'avais pas chaud et je m'en serais bien passé.
La route vers l'avant port est assez plate au début, puis monte vers la fin. La pluie s'intensifie quand j'arrive dans l'avant port devant une pompe à gazole désaffectée.
Renseignements pris, cela plusieurs années que cette pompe ne fonctionne plus. Je profite d'être ici pour observer la mer. La mer est assez blanche. J'estime le vent entre 4-5 bft, ce qui est plus que prévu.
Pas le choix si je veux du carburant, je dois faire 3 km de plus pour aller au Leclerc.
J'ai l'impression que ce tronçon de route ne fait que monter, et la pluie qui continue ne facilite pas la choses. Je suis content de voir l'enseigne originaire de Landerneau.
C'est bien là première fois que je fais plein de carburant avec un vélo. Pour le retour, c'est tout droit vers le port, je prends une nouvelle route. Elle ne fait que descendre. Je comprends mieux mon sentiment de route qui monte tout le temps. Je fais plus de 2km sans pédaler. Je dois freiner régulièrement car le vélo n est pas très stable et les 20 kg d'essence amplifie le phénomène. Le retour au bateau se fit vite et sans fatigue.
Si je ne l'ai pas utilisé souvent et à chaque fois sous la pluie, mais avoir ce vélo est un vrai plus en croisière, loin de sa base.
Le rangement du vélo fait revenir le soleil. Pour les paysans qui se plaignent du manque de pluie, j'ai un vélo formidable qui fait venir la pluie. Pas besoin de danse, jusque sortir le vélo, et la pluie arrive. 

Amélie profite de mon retour et de de celui du soleil pour aller faire des courses au supermarché. Après de multiples vérifications météorologiques, le doute s'installe.
Doit on partir pour le raz aujourd'hui ?
La météo constatée n'est pas du tout en adéquation avec les prévisions météo et le vent constaté sur le raz de sein semble assez fort; 5bft rafale à 6. Au vu de l'équipage de Samba Lele, le choix de rester à terre s'impose vite. Les filles supporteraient mal deux jours de navigation difficile de suite.
Pour la digestion du repas du midi, nous partons marcher pour poster quelques cartes postales et faire un coup de geocaching. Trop de monde pour faire une recherche sérieuse sans se faire repérer encore une fois Ce n'est pas un sport d'été, il y a trio de touristes.

Nous partons goûter à la plage. Sur la route nous passons devant un magasin d'accatillage et de décoration, de quoi faire plaisir à tout le monde. Je cherche une fixation d'aviron pour l'annexe, car nous en avons perdue une à Hoedic au début des vacances. Ce n'est pas grave, mais c'est gênant. Pas de chance il n y en a pas.
En revanche, je trouve la perle rare une station météo Vion. Le fabriquant a fermé, on en trouve plus. J'adore cette station, il n'existe pas d'équivalent. Elle est en super promo. Voyant mes yeux étincelants comme un enfant devant un sapin de Noël, elle me propose de l'acheter. C'est donc fier comme un PMU (ou un bar tabac, je ne sais plus) que je reprends la route de la plage avec les reste de l'équipage.

Sur la plage, les filles s'attaquent, après avoir englouti leurs goûters, à la confection de château de sable. Lise va créer un tunnel par le quel ont peu se serrer la main.
Elle est fier comme Dartagnan (ou Artaban, je ne sais plus).

Retour au bateau, je m empresse de déballer mon nouveau jouet pour la programmer. Tout fonctionne, sauf le baromètre, c'est embêtant pour une station météo. Je remballe tout et vais me faire rembourser, il n y en a pas d'autre.

Au passant à la capitainerie, le responsable du port me dit qu'un bateau de 11 mètres va venir se mettre à couple de notre bateau. Cela veut dire qu'un bateau va s'amarrer au notre. Pratique souvent utilisée dans les ports quand il manque de la place.
Le bateau qui se présente est un Évasion 35. Avec ses 11T, on est bien loin d'un petit bateau léger dont m'avait parlé le capitaine de port au début. Nous accueillons nous nouveaux voisins avec le sourire et les aidons à s'amarrer. Ils semblent fort sympathiques et l'on commence la discussion, chacun sur notre bateau.

Après le repas deux nouveaux épisodes des cités d'or nous attendent.

Mise à jour du site le

1 novembre 2017

Nouvel album photo et nouvelle video à propos des Ecréhou.

 

Fou de bassan rouge

×