En attendant la mise à l'eau

Le bateau est bientôt à l'eau, nous avons hâte de l'essayer. Pourquoi avoir attendu si longtemps avant de pouvoir l'essayer et de jouir des premiers frissons maritimes avec Samba Lele ? Quelques travaux nous semblaient nécessaires avant de démarrer l'aventure, ce qui nous a permis également de mieux le connaître.

Le mat

Seule la réparation du mât a été réalisée par un professionnel, c'était une réparation technique et importante. Le mat s'est alors baladé sur une remorque pendant plusieurs kilomètres pour trouver un hagard chauffé afin de recevoir ses nouvelles couches de carbones stratées sous vide à bonne température. Nous avons profité de disposer du mat à hauteur d'homme pour réaliser, une maintenance et une inspection visuelle minutieuse du mat et de ses périphériques. Maintenance du winch et de l'enrouleur et vérification du feu de tête de mat étaient au programme de cette révision du mat. La platine qui retient l'axe de drisse de GV était tordue, nous l'avons redressée, puis refixée avec des hélicoiles (sortes d'écrous qui se fixent dans le composite), la fixation de l'antenne VHF avait également besoin d'une maintenance curative. La girouette mécanique est à changer.

Pour le reste RAS.

Le nettoyage

Amélie s'est attelée au nettoyage complet de l'intérieur du bateau, la peinture n'étant pas parfaitement lisse, le nettoyage des aspérités est difficile. Le résultat final n'est pas parfait à cause de cette peinture, mais on voit la différence et ça fait du bien. Samba Lele peut dire merci à Amélie, car c'est un travail long et ingrat.

Elle démonte également les poches que l'on trouve un peu partout dans le bateau. Dans les couchettes doubles et sous la table. Elles sont vieilles et laides, et il y a assez de rangements à bord.

Les fonds des coffres du cockpit reçoivent un bout de moquette dans le fond pour les protéger.

Électronique et électricité

C'est le dossier le plus conséquent de cette révision avant la mise à l'eau. Tout est à refaire à moyen terme. Trois possibilités :

  • On laisse en l'état en se disant que ça fait plusieurs années que ça fonctionne comme ça, alors pourquoi s'embêter ... Hors de question même pour une saison.
  • On refait toute l'électricité avant de mettre le bateau à l'eau. Ça demande beaucoup de temps, le bateau est loin, et on ne connait pas exactement nos besoins car nous n'avons pas encore vécu à bord ni navigué dessus.
  • On fait ce qui nous semble le minimum syndical en attendant le refit de l'hiver prochain : c'est la solution retenue, reste à définir ce minimum syndical.

Jean Pierre s'atelle à la lourde tache de faire le point sur ce que l'on peut garder pour une saison, et sur ce qui est inadmissible bord. Pour lui, électricien métrologue de métier et perfectionniste de religion, voir des fil rigides sur un bateau le met hors de lui, mais c'est pas fini...

Expliquer les incohérences de ce tableau électrique serait trop long, mais pour le plaisir, nous vous en révélons quelques une :

  • L'alimentation du pilote automatique commence en fil souple de 1.5mm² pour rapidement passer en 1.5mm² rigide, puis repasse en 2.5mm² pour finir en fil souple. Sur une longueur de 6 mètres, ca fait beaucoup de sortes de fils et de dominos. Le risque est d'avoir un manque ou absence de tension. Petite précision, le fil de départ est enroulé sur lui même et aurait pu couvrir toute la longueur nécessaire, mais il n'est pas assez gros!!!
  • Le feu de mouillage n'est pas raccordé. Peut être pour ça que je n'ai jamais réussi à l'allumer ? !
  • Les câbles qui vont au materau arrière passent le long de la couchette, puis remontent le long du materau. Tous ces câbles visibles, sont non seulement laids, mais ils sont à la merci d'une agression extérieure. Tout est repassé dans les règles de l'art par JP avec du fil souple dans le materau ou sous la couchette.
  • ...

L'éolienne à reçue une grosse révision ; nettoyage complet, vérification des charbons (dont un n'était plus à sa place), lubrification des roulements, vérification des connections et réparation de deux pales sur trois. Une seule était sans problème, la deuxième avait quelques fissures et délaminage, quant à la dernière, il manquait 5 cm de bord d'attaque. Réparation minutieuse limite chirurgicale de l'ensemble avec plusieurs couches de rooving de 50g pour garder un poids similaire sur chacune des pales pour garder l'équilibre. Deux couches d'apret, et deux couches de peinture plus tard, elles sont comme neuves, ou presque.

Le nouveau support d'électronique est monté, ça semble sympa au premier abord. Nous aurons quelques réglages à faire avec le support définitif pour avoir une meilleure finition entre le support et la nacelle. Fonctionnalités à confirmer en navigation, mais on peut déjà dire, qu'il cache moins la vue devant, les appareils sont plus proches de l'entrée, plus facile pour y accéder que le précédent.

Le bateau est équipé d'un bon pilote automatique, mais le compas fluxgate, qui gère le cap du bateau est mal placé, il est fixé prés d'une cloison extérieure. Il va trouver sa place au milieu du bateau, ce qui aurait du être fait lors de l'installation.

L'extérieur

La bague basse du safran bâbord est très dure. Il est difficile de tourner les safrans. Nous avions pris rendez vous avec le chantier pour lever le bateau le temps du démontage du safran, mais après avoir commencé à démonter le safran et lubrifié la bague, le safran a retrouvé de la souplesse. Ce n'est pas formidable, mais ça suffira pour la saison. A démonter complétement l'hiver prochain.

L'hydrogénérateur n'était pas branché et rien n'est prévu pour, nous l'avons démonté. Ça fait gagner du poids. Il est mis en vente, avec les profits de la vente, nous le remplacerons par un panneau solaire.

A la maison

Vu la distance et le peu de temps que l'on a à bord, il faut réaliser quelques travaux à la maison. Chacun ses compétences, chacun ses travaux :

Manou

Travail en commun avec Amélie, sa fille, pour la fabrication des coussins du carré. Choix et achat du tissu par Amélie, confection par Manou

Jean Pierre

La révision électrique de l'éolienne était nécessaire avec un charbon pas en place, elle fonctionnait sur deux pattes (normal pour un catamaran me direz vous ...). En prime, une lubrification des roulements ne fait pas de mal.

Réfection des bas de porte en komacelle, matériau imputrescible et léger.

Récupération de matelas pour les couchettes doubles, découpe de ces coussins à la taille des couchettes, voilà un travail indispensable pour les futures nuits à bord.

Fabrication de contre plaque pour les pontets des lignes de vie. En carbone s'il vous plait !

Amélie

Fabrication de rideaux pour les couchettes.

Achats de matériel de déco, d'ustensiles de cuisine, de bacs de rangement, couettes, oreillers... . Le plus long est de trouver les solutions et de faire un choix par la suite.

Alex

Lazzy bag, bouts, chaussettes de par-battages ont été lavés, rincés pour perdre en crasse et retrouver de la souplesse. Plusieurs lavages ont été nécessaires pour redonner un peu de propreté à tout ce matériel. Il reste encore des traces, mais on a l'impression d'avoir changé de bouts.

La réfection des pales de l'éolienne sans déséquilibrer l'ensemble fut un travail de précision.

Découpe du capot de coffre de cockpit en deux parties dans le sens de la longueur afin de pouvoir l'ouvrir même avec les portes du carré ouvertes.

L'inversion du sens de l'ouverture de la porte du frigo était indispensable pour améliorer l'ergonomie à bord.

Stéphane (propriétaire d'un Rackam 32 frère presque jumeau de Samba Lele)

Stéphane s'est gentiment proposé de nous refaire nos 'gouttiéres' de portes de carré.

Les achats significatifs :

Un frigo est acheté pour agrémenter notre nourriture estivale, moins de 10 kg et de faible contenance pour être sûrs de ne pas surcharger le bateau. Le bonus, est qu'un petit frigo consomme peu. Il est deux fois plus grand que la glacière de notre F27, alors on va avoir l'impression d'avoir plein de place.

Jean Pierre et Jocelyne ont offert à Amèlie pour son annviersaire une table de cockpit, pliable et en alu, elle est légére et ne prend pas de place. La philosophie du bateau est respectée.

Une girouette mécanique, c'est un appareil intéressant pour le réglage des voiles et fiable.

Une révision du foc dont le point d'amure avait besoin d'être repris.

Le site est en cours de migration.

Au lieu d'avoir plusieurs sites internet à propos des bateaux que j'ai eu la chance de posséder ou coposséder, je mets tout sur le même site.

Rendez vous maintenant sur Fox Multi

Renard