mercredi 12 août

En tossant, l'échouage du bateau nous réveille avec Amélie. Le ciel gris n'est pas trés attirant, mais la météo annonce une amélioration dans la journée.

Une belle ballade pedestre nous tend les bras à terre. La mer est basse, le bateau posé. Pour aller à terre, il nous faut commencer par escalader l'échelle du quai. Amélie passe en première pour la réception des filles. Je me mets derrière chaque fille pour faire la sécurité en cas de chute ou glissade, mais ce n'est pas nécessaire, les filles font attention et se débrouillent très bien dans cette ascension périlleuse.

C'est dans le vent et le froid, que nous décourvons la côté depuis la terre. Les rochers polis par les vagues s'unissent aux rochers pointus et accérés. Le décor est splendide. Après avoir longé quelques temps la côte, le chemin s'engouffre dans fourrés pour finir sur une plage de sable et de rochers. Accrochés à leur rocher, des petites moules attendent que la marée remonte.

Nous profitons un peu de cette plage, avant de prendre le chemin du retour, sauf Inès, qui n'est pas d'accord. Elle veut être prise en photo sur les rochers. Nous lui expliquons que nous venons de le faire et qu'il faut qu'elle nous suive. Pour ceux qui ne connaisse pas Inés, il faut qu'ils sachent qu'elle est aussi têtue que charmeuse. La route du retour dure 15-20 min durant lesquelles Inés boude, pleure, hurle... . Les personnes que nous croisons sur notre chemin nous regardent bizarement. "Qu'ont ils fait à cette pauvre gamine ?" doivent ils penser ! Juste une photo 10 secondes trop tôt.
A force de discuter, Inés finie par se calmer juste avant de remonter à bord. Ca fait du bien quand ca s'arrête !!!

Nous profitons d'une éclaircie après manger pour mettre nos vêtements de mer à sécher dehors.

Le bourg est à 5 km, mais le capitaine du port, un homme charmant, nous a expliqué qu'une navette gratuire passée réguliérement. Amélie porpose aux deux nénettes de venir avec elle. C'est avec un oui collégial que la réponse se fait entendre. Préparation des trois filles (sur un bateau c'est beaucoup plus rapide qu'à terre). Puis marche à pied vers l'arrêt de bus.

Pendant le trajet, Ines voit chez des particuliers des poneys, ses yeux ne sont pas assez grands, pour les regarder. Heureusement que ce sont des poneys et pas des chevaux. Elle est en extase.

Arrivées au bourg, les filles font le tous des boutiques commerces ; supérette, boulangerie, boucherie sont dévalisés. Comme pour chaque village avec une église, la visite de celle ci est une obligation, même si elle n'a rien de particulier.

Le retour dans la navette se passe sans rien de spécial, mis à part une magnifique plage de surf avec de belles vagues bien profondes et abruptes, et Amélie qui ne connaissant pas le coin à faillit oublier l'arrêt de bus. Heureusement que le chauffeur, le même qu'à l'aller, s'est souvenu avoir pris des passagers à cet arrêt.

Pour moi, resté à bord pour me reposer, en théorie, je bricole un peu, c'est fabuleux sur un bateau, il y a toujours quelque chose à faire, surtout sur le notre qui a manqué d'entretien ces dernières années, il faut soit être bricoleur, ou aimer bricoler. La plus part des points à reprendre peuvent attendre cet hiver, mais je préfère en faire au fur et à mesure. Ca permet de limiter un peu le travail du refit, mais également d'anticiper certains problèmes.

Au moment ou je décide de ranger pour partir m'allonger, le capitaine du port passe et vient discuter avec moi. J'essaye d'être un garçon poli, et je suis bavard un peu. Il m'explique que le propriétaire du Maldvies 32 du port et passé ce matin mais qu'il ne m'a pas vu. A peine a t'il fini sa phrase, que les propriétaires passent devant le bateau. Le capitaine du port nous repart à ses occupations, pendant que je fais visiter notre bateau. Nous discutons ensemble de bateau. Nous nous rendons compte que nous avons une connaissance en commun.

Après leur départ, je commence à ranger mon bricolage mais les filles reviennent avant que je n'ai fini. Tant pis, je me reposerai une autre fois.

La fin de l'aprés midi est consacré à chercher des solutions pour ramenner la bateau à bon port. Au vu de la météo, il y a pas de solutions pour aller jusque Dives / Mer.
Jeudi 13 aout : vent de nord trés faible. Nous ne pouvons pas espérer aller jusque Jersey ou Gernesey en une journée à 3-4nds de vitesse au moteur, sachant qu'un coup de vent arrive en début de nuit, et qu'il peut prendre de l'avance.
Vendredi 14 aout : coup de vent annoncé sur le nord Bretagne avec de trés fortes rafales, 44nds, sur le Cotentin. Pas question de naviguer ce jour là.
Samedi dimanche vent nord ouest 2-4nds. On va pouvoir aller jusque Barneville Carteret mais pas plus. Le lundi on reprend le travail, et il faut que quelqu'un nous raméne à la maison.

Sans un pilote qui tient le cap, nous ne voulons pas nous lancer dans une navigation de nuit à deux. Trop fatiguant surtout avant de reprendre le boulot.

La décision est prise, nous avançons au maximum vers l'est (Paimpol nous semble sympa) pour diminuer la distance restante vers Barneville le jeudi, samedi nous allons à Jersey ou les Ecrehou et dimanche petite navigation tranquille vers Barneville.

Le probléme, c'est que Paimpol fête les chants de marin, le port est complet pour plusieurs jours, nous ne pouvons pas y aller. Aprés appel des ports de Lézardieux et Tréguier sont complets également. Quant à Perros Guirec, notre bateau est trop large pour rentrer.

Je ne connais pas du tout le coin, et je ne sais pas ou aller nous mettre à l'abris de ce coup de vent sans nous arrêter dans un port.

Je fais appelle à un ami, papa, aprés une discussion, nous partirons demain pour Trebeurden, et papa nous rejoint pour ramener les filles par la route. Ca va nous permettre de faire une trés grosse navigation si besoin, et les filles ont souffert des dernières navigations.

Pour conlure cette journée, nous nous accordons 1 épisode des cités d'or pendant l'apero. Amélie nous prépare un super repas pomme de terre sautees avec des lardons du boucher, puis 3 épisodes des cités d'or avant d'aller ce coucher.

 

23 aout 2018

Photos navigations 2018 à jour.

 

Fou de bassan rouge

×