jeudi 13 aout

3h00 dehors l orage fait rage.
La pluie, les éclaires tombent sans discontinuer depuis 15 min déjà. Les premières vaguelettes essayent de lever la coque tribord. Entre deux coups de tonnerre, on entend le bateau tosser (le bateau par l'effet des vagues se lève puis retombe sur le sol). Rapidement la coque est levée, mais l'orage redouble d intensité.
Le ciel s illumine toutes les 2 secondes d'éclairs plus ou moins proches. La pluie qui est passée en mode averse, en tombant sur la coque fait un bruit de tous les diables. La coque bâbord, dans laquelle on dort, tente de rejoindre sa voisine et devenir élément flottant. Elle tosse à son tour les coups de buttoirs semblent résonner dans tout le bateau. Dans ma couchette, ce quart d'heure à des allures de fin du monde.
Petit à petit, la pluie diminue, l'orage s'écarte, le bateau flotte. Je vais pouvoir retrouver les bras de Morfee. Dans ma tête, je désapprouve Bassens, j'abhorre l'orage.

7h35 on ne dort plus avec Amélie. On sait que l on doit quitter le quai avant que le bateau échoue, donc avant 9h00. Le but est se mettre sur une bouée le temps que les filles se réveillent et qu'elles déjeunent avant notre départ. On préfère se lever tous les deux pour pouvoir se rendormir plus sereins, le bateau amarré sur bouée, au lieu de rester couchés avec les yeux rivés sur la montre.
La manoeuvre se passe bien, mais nous nous faisons secouer. Décidément cette bouée pourrait être surnommée 'shakeup'. On se recouche 45 min après s'être levé.
Ines ne tarde pas à nous rejoindre après avoir fait un cauchemar, et c'est à 3 dans la couchette que nous finissons notre nuit.

Lise prépare le petit déjeuner en se levant. C est une agréable habitude qu elle a prise pendant les vacances. Nous appelons Papa et Maman, ils nous ont proposé de venir chercher les filles afin qu'elles soient à terre pour les deux derniers jours de navigation qui peuvent être agités. Nous acceptons leur offre, Papa et Anatole (mon neveu passionné de bateau et de surf) viennent passé la soirée à bord et repartent demain avec les filles. Rien de spécial durant le reste dela matinée.

Chacun fait, fait, c'qui lui plaît plaît.

Amélie pour le repas nous cuisine ce qu'elle a acheté chez le boucher, cordon bleu pour les filles, gros lardons pour nous deux accompagnés de patte a la crème. C est un régal, une fois la table débarrassée, nous partons. 

Le vent est faible, la mer s'est calmée. Quelques minutes après notre départ, nous arrêtons le moteur. Le bateau avance doucement mais en silence. La navigation est courte et nous n'avons pas d'impératif d horaire. Le port est prévenu de notre arrivée et nous attend.
Ce matin, nous avons appelé le port de Trebeurden. Paimpol fête les chants de marin, le port est fermé, ce qui fait que les port de Treguier et Lezardrieux sont complets.
Cette navigation ne nous fait pas beaucoup avancer, mais nous souhaitons être dans un port pour le coup de vent de demain, et il faut avancer au maximum. Rapidement, nous pouvons abattre et accélérer. Je prépare le gennacker, mais la drisse s'entortille sur elle même. Il va falloir revoir ça au port.
Nous voyons un monocoque devant nous, on part à sa chasse, on veut le rattraper. Le retrait des algues a fait du bien, nous remontons assez facilement ce monocoque, le bateau glisse mieux. Un autre monocoque nous rattrape ???. En arrivant sur Trebeurden, nous doublons le monocoque de devant puis le monocoque de derrière nous dépasse. Il est sous voiles avec le moteur à fond. Ouf, l'honneur est sauf.

Nous nous amarrons en bout de quai, juste à l'entrée du port. Les filles vont faire leurs douches pendant que je range le bateau et règle ce problème de drisse de gennacker.

Quand Papa et Anatole arrive, la pluie Bretonne a repris tous ses droits. Les deux compères semblent heureux de cette parenthèse nautique. Les enfants sont ravis de se retrouver et de jouer ensemble.

Après le repas, dodo pour tout le monde. Papa dort avec Lise et Anatole sur la banquette du carré.

La sortie est devant Les filles attendent leur cousin Un cormoran surveille l'entrée du port Anatole dort dans le carré

2 ocotbre 2018

Photos et vidéo de ma navogation à Chausey à jour.

 

Fou de bassan rouge